Le droit de dire, la liberté d'écrire

Le temps des intrigues

Par Hamid Dahmani

Dans ce présent désobligeant, les jours sont devenus fous à lier et les individus sont incohérents dans leur esprit. Le pays est plongé dans de profondes intrigues inédites et notre communication est devenue suspecte et embrouillée. Nos amis sont devenus soupçonneux et affligeants. Les gens accusent et les accusés récusent. Même le temps nous intrigue fâcheusement en ces moments douloureux où cette épidémie nous accable. Il faut le dire, tous les éléments de cet univers sont contre nous, même les virus se sont associés entre eux pour nous éliminer de la surface de la terre. Quant à dame nature, elle a une dent contre cet environnement maussade et tuant. Curieuse et haineuse est cette destinée maboule. Notre existence est pleine d’intrigues suspicieuses depuis des lustres et, en conséquence, on en devient fou. Les clameurs et la fureur sont le propre de cette contrée rebelle ignorée gratuitement. Chaque jour qui se lève sur cette zone surveillée, le ton monte et la raison s’échauffe un peu plus. C’est un grand dommage pour notre fabuleuse histoire qui agonise en silence. Elle est martyrisée par le poids de la tyrannie. Notre mémoire est méprisée et notre identité n’a pas trouvé de meilleurs ambassadeurs pour la faire connaitre. Ceux qui sont pointés du doigt, cela fait des lustres que le tambour a retenti pour eux. Le corps souffre et la douleur est profonde. La fièvre est brûlante sur tous les fronts qui sont chauffés à blanc.

À chaque saison, les pénuries alimentaires s’accentuent, et la rareté de l’intelligence se fait sentir au sommet. L’économie bat de l’aile, elle est au bord du précipice, plouf ! Tous les voyants sont au rouge et la menace vient du foyer intérieur. Cette vie est insolente est maléfique. Il faut un audit à tout prix et en toute urgence. En vérité, le navire qui doit nous mener vers l’Eden n’est qu’un radeau bluffant. Quel gâchis, on est mal parti ! Malheureusement, cette situation de pourrissement était prévisible, c’est du « déjà vu », les plus anciens l’avaient prédit il y a plus de vingt ans. C’est une rude épreuve pour ceux qui sont dédaignés par les puissants de ce système. En réalité, ceux qui pensent posséder la puissance ne sont en vérité que des impuissants devant le temps qui coule…

H. D.

Une réponse à “Le temps des intrigues”

  1. J’adore ce texte qui sous-entend bien l’article de ce journaliste
    Charmés comme le serpent par le regard
    (l’image) et la flûte (le son) du fakir, l’homme
    moderne devant son petit écran ou tout support
    vidéo ou audio envahissant, quitte le réel pour
    un imaginaire qu’on lui taille sur mesure… parce
    quil le vaut bien. ll vit par procuration ce quon
    lui présente comme une vie idéale, en étant
    l’homme ou la femme idéale au corps de
    mannequin éternellement jeune, au bras de la
    femme ou de l’homme idéal, au talent de
    champion, au compte en banque inépuisable..
    Pendant ce temps de conscience qu’on lui vole
    ou qu’il se laisse voler, I’homme oublie la
    médiocrité de son quotidien, sa précarité, sa
    pauvreté… Il oublie de se révolter, il oublie
    d’exister.
    « Je me révolte, donc je suis.
    Albert Camus – 1913-1960- Lété

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *