Le droit de dire, la liberté d'écrire

Politique expansionniste du Maroc : la Mauritanie dans le collimateur !

Propos irréfléchis ou savamment calculés ? Les déclarations on ne peut plus provocatrices de l’islamiste marocain Ahmed Raissouni envers la Mauritanie -et l’Algérie- s’interprètent comme une véritable déclaration de guerre. Elles révèlent aussi que le Makhzen n’est pas près de renoncer à sa politique expansionniste… au détriment de ses vosins.

Le président de l’Union internationale des oulémas musulmans, proche du Qatar, a en effet qualifié l’existence de la république islamique de la Mauritanie d’« erreur ». Le religieux s’est prononcé pour son « retour « sous souveraineté du Maroc. « Je suis un partisan de la ligne défendue par Allal El Fassi (l’ancien secrétaire général du Parti de l’Istiqlal, ndlr). Le Maroc doit récupérer ses frontières historiques. Avant la colonisation européenne, la Mauritanie faisait partie intégrante du Maroc «, a-t-il affirmé dans une interview accordée à un média marocain. Et de préciser que « l’allégeance des oulémas du pays de Chenguitti, soi-disant la Mauritanie, au trône marocain est évidente «.

Les propos de Raissouni sur le voisin du sud ne sont pas sans rappeler ceux de Hamid Chabat, en décembre 2016, sur la « marocanité de la Mauritanie ».

En Mauritanie, selon la presse locale, les déclarations de Raissouni n’ont pas encore provoqué une levée de bouclier chez les partis politiques. En revanche, un média local a d’ores et déjà condamné la sortie du religieux marocain.

Dans son interview, Ahmed Raissouni a, par ailleurs, souligné que les « oulémas et les prédicateurs marocains sont prêts à marcher sur Tindouf en Algérie, à condition que le roi fasse appel à eux «.

Les positions défendues par Ahmed Raissouni ont fait réagir l’Union internationale des oulémas musulmans, organisation qu’il préside depuis novembre 2018. « Il a le droit d’exprimer son opinion personnelle avec plein respect et appréciation pour lui et les autres, mais ce n’est pas l’opinion de l’Union », précise l’entité religieuse dans un communiqué, publié ce lundi 15 août.

Premières réactions en Mauritanie

Le Parti du Rassemblement national pour la réforme et le développement a exprimé sa ferme condamnation et sa désapprobation des déclarations faites par l’érudit marocain Ahmed Raissouni, appelant à leur retrait immédiat et demandant à leur auteur de présenter des excuses.

Le parti a demandé de nouveau, dans un communiqué publié ce mardi 16 aout courant, « les différentes forces politiques marocaines de s’abstenir de répéter de telles déclarations provocatrices de tous les Mauritaniens.

Le parti a insisté sur «la nécessité du respect mutuel et du souci de ce qui peut rapprocher les pays et les peuples, et non de ce qui attise les rivalités et les différends entre eux.

Les propos de Raissouni, « ont comporté des expressions inappropriées, des dispositions absolues éloignées de toute précision, des informations infondées, et une insulte inappropriée et inacceptable à la République islamique de Mauritanie et à son peuple », a indiqué Tawassoul.

L’association des Oulémas qualifie les propos de Raïnoussi de provocateurs

L’Association des Oulémas mauritaniens a qualifié les dernières déclarations controversées de l’érudit marocain sur la Mauritanie de propos « inamicaux, bizarres et provocateurs ».

L’association a indiqué également dans un communiqué prendre note de « ce type d’appels qui portent atteinte à la souveraineté de la Mauritanie et ne suscitent pas la satisfaction des frères au Maroc », disant blâmer son auteur en Mauritanie.

« Notre respect pour les frères du Royaume du Maroc ne peut se faire au détriment de la souveraineté mauritanienne, a ajouté l’association, selon laquelle, ces appels n’ont rien à voir avec l’unité du rang islamique ».

« Les leaders des organisations islamiques doivent se conformer, s’ils dépassent le tact, la diplomatie et le respect de l’intégrité territoriale, aux limites de la charia », a mis en exergue, l’association.

Le bloc parlementaire mauritano-marocain réagit

Par ailleurs, le groupe parlementaire mauritano-marocain a vivement dénoncé les déclarations du président de l’Union mondiale des savants musulmans, le Marocain Ahmed Raissouni, relatives à la Mauritanie.

Il s’agit de propos extrêmement offensants pour notre pays et étrangers au contexte de respect et de consolidation des relations entre les deux pays, tant sur le plan populaire qu’officiel, a affirmé ledit groupe.

Les déclarations nient les valeurs les plus simples de fraternité et de bon voisinage, l’abécédaire diplomatique, et le discours de respect de l’autre qui unit et qui ne divise et attendu de personnalités de son acabit, poursuit le communiqué.

L. C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *