Le droit de dire, la liberté d'écrire

Promotion de la politique d’apartheid israélien : un imam et des « beurs » ambassadeurs de la paix !

Le « Collectif Palestine Vaincra » dénonce la « tentative de normaliser l’inacceptable » que mène le lobby pro-israélien Elnet France. En partenariat avec l’imam de Drancy, Hassen Chalgoumi, les lobbyistes en effet organisé un voyage de promotion de l’apartheid israélien du 5 au 12 juillet 2022.

L’opération de charme est réalisée en partenariat avec la Fondation France-Israël, un organisme bi-étatique qui prétend être « un catalyseur du resserrement et de l’approfondissement des liens entre les peuples israélien et français, dans tous les segments des sociétés civiles respectives ».

Le collectif Palestine Vaincra note que ce voyage, dénommé « Les Ambassadeurs de la Paix », a pour ambition de faire venir « 40 jeunes musulmans français et belges » qui seront à leur retour de « véritables ambassadeurs de la paix et du dialogue, et continue[ront] d’œuvrer au rapprochement des musulmans et des juifs. »

Pour les responsables du Collectif Palestine Vaincra, ce voyage n’est plus ni moins qu’une flagrante opération de normalisation de l’occupation coloniale. De fait, les organisateurs ambitionnent de « permettre aux jeunes musulmans de France de se faire un avis sur la réalité du conflit israélo-palestinien ».

Une telle approche, selon le Collectif, est particulièrement choquante, car elle entretient le mythe selon lequel la situation en Palestine occupée serait un conflit religieux opposant juifs et musulmans. Les mots « paix » et « dialogue » sont convoqués à chaque occasion, mais en réalité c’est une stratégie qui vise à dénaturer la situation politique en Palestine occupée et maintenir le statu quo, c’est-à-dire le maintien de la situation coloniale. Le « dialogue » autour du « processus de paix » depuis les accords d’Oslo a montré le résultat de cette stratégie : l’occupation de la Palestine n’a jamais été aussi étendue. Du blocus de Gaza à la colonisation de la Cisjordanie occupée jusqu’au nettoyage ethnique dans le Naqab et l’apartheid de la mer au Jourdain, le peuple palestinien fait face à un véritable sociocide.

Mais que vont-ils faire durant ce séjour ? Visiter Sheikh Jarrah sous le coup d’une opération de nettoyage ethnique ? Visiter Al Khalil qui est la cible de colons suprémacistes ? Visiter le blocus de Gaza qui dure depuis plus de 15 ans et provoque une crise humanitaire sans précédent ? Visiter le mur de l’apartheid en Cisjordanie qualifié d’illégal par la Cour internationale de justice ? Certainement pas, s’insurge le Collectif qui montre qu’un simple coup d’œil sur le programme en dit long sur les objectifs politiques.

Ainsi, il est question de visite de la Knesset, parlement de l’occupation, et de rencontre avec plusieurs parlementaires (notamment du parti du criminel de guerre Benny Gantz). La délégation doit rencontrer aussi le Conseil régional de Samarie qui soutient la colonisation de la Cisjordanie (plus de 600 000 colons aujourd’hui) et des officiels de l’armée israélienne alors même que la Cour Pénale Internationale a ouvert une enquête pour crimes de guerre.

Outre une visite de Jérusalem et la rencontre avec le président d’Israël alors même que la ville palestinienne subit une colonisation et un nettoyage ethnique largement connus, les jeunes sont conviés à une balade dans la ville de Kerem Shalom à la frontière avec Gaza afin de rendre le Hamas responsable du blocus israélo-égyptien

Il est clair, selon le Collectif que « toute cette campagne de promotion de l’apartheid israélien, une situation largement documentée par des rapports d’ONG internationales et l’ONU, se fait avec le soutien de l’ambassade de France en Israël ».

Et de conclure qu’il n’y a rien d’étonnant quand on voit à quel point la France est un allié stratégique de l’occupation israélienne : « Cette nouvelle opération de communication d’ELNET France doit être largement dénoncée pour ce qu’elle est : une tentative de normaliser l’inacceptable ».

Les commentaires sont fermés.