Le droit de dire, la liberté d'écrire

Promotion de l’information : le gouvernement mise sur le numérique

Le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, a indiqué ce mercredi que l’Algérie adoptait une nouvelle politique nationale pour la promotion de l’information et de la communication dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.

Dans une allocution prononcée à l’ouverture des travaux de la réunion annuelle des coordonnateurs des radios et télévisions arabes, en présence du Directeur général de l’Union des radiodiffusions des Etats arabes (ASBU), Suleiman Abdel Rahim, et des directeurs des échanges, de l’information et des programmes des radios et télévisions arabes, M. Bouslimani a précisé que l’Algérie « adopte une nouvelle politique nationale pour la promotion de l’information et de la communication dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République ».

Cette démarche est « en accord avec les principes de la Constitution de 2020 et les progrès technologiques en cours », a soutenu le ministre, appelant à la nécessaire conjugaison des efforts aux niveaux national et arabe pour relever les défis dans ce domaine.

Cette nouvelle politique nationale repose sur « le renforcement du système juridique, la généralisation de l’usage du numérique et la formation de l’élément humain », a affirmé M. Bouslimani, soulignant que l’Algérie « place la coordination et la coopération arabes parmi ses priorités ».

« L’information et la communication font partie de ces priorités, notamment à la lumière des médias nouveaux et alternatifs qui s’imposent très rapidement dans le paysage médiatique moderne », a-t-il soutenu.

A cet effet, le ministre a précisé que « les médias alternatifs ont introduit de nouveaux concepts dans le processus de communication » et qu »’en dépit de leurs aspects positifs, notamment pour ce qui est de la célérité et de la facilité à communiquer, ces médias ont donné lieu à des agissements graves qui ciblent en premier lieu la vie privée des personnes ainsi que la souveraineté, l’unité et la stabilité des Etats ».

A cette occasion, M. Bouslimani a mis l’accent sur la nécessité de mobiliser les compétences arabes du domaine du numérique pour produire et créer des contenus communs garantissant la concurrence dans un cadre professionnel et faire face aux plus dangereuses des guerres, à savoir les guerres de quatrième génération qui s’alimentent de rumeurs et de fakenews pour influencer les jeunes en particulier ».

Par ailleurs, le ministre a mis en avant le rôle des compétences de l’ASBU et du centre arabe d’échange d’information et de programmes en Algérie, qui ont prouvé « leur capacité à s’adapter à l’évolution technologique de l’information et de la communication et à renforcer la coopération et l’échange entre les pays membres ainsi qu’avec les organismes internationaux et régionaux similaires ».

Les commentaires sont fermés.