Le droit de dire, la liberté d'écrire

Confinement sanitaire et familles en difficultés

Le Gouvernement prend les choses en main

Ce dimanche, le gouvernement a pris d’autres mesures destinées à limiter l’impact du confinement sur les catégories vulnérables. Cela en réponse aux cris de détresse émanant de citoyens démunis qui n’arrivent plus à nourrir correctement leurs familles. Ce sont généralement des journaliers employés dans le secteur du bâtiment et de l’agriculture, le commerce et les services; ces personnes sont connues pour vivre au jour le jour.

L’arrêt de l’activité économique causée par les mesures de confinement et le couvre-feu imposé dans les grandes villes entre 19h et 7h a engendré une situation sans précédent pour ces gens qui, du coup, ont perdu leurs emplois, le plus souvent rémunérées à la journée.

Qu’ils vivent à Chlef, El Marsa, Boukadir, Breira, Taougrit ou dans les localités frontalières de la wilaya de Chlef, ces citoyens sont livrés à eux-mêmes, sans aucune ressource et sans aucune aide de la part de leurs concitoyens plus aisés financièrement. Le drame s’amplifie pour les familles de journaliers vivant dans les zones rurales ou semi-urbaines où, en plus, ils doivent recourir aux services des transporteurs clandestins pour se déplacer qui pour une journée de travail dans un champ, qui pour se débrouiller un sac de semoule dans la ville la plus proche.

Les instructions du Premier ministre insistent sur la mise en place d’un dispositif «particulier» d’assistance et d’accompagnement des citoyens pour limiter les répercussions économiques et sociales des mesures de confinement.

Pour limiter cet impact, le Premier ministre a décidé de mettre en place un dispositif d’assistance et d’accompagnement obéissant à un schéma national d’encadrement et de mobilisation de la population.

Ce schéma d’encadrement à mettre en place en urgence est chapeauté par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. Les walis, quant à eux, devront initier une opération portant organisation et encadrement des quartiers, des villages et des regroupements d’habitations. Les chefs de daïra autant que les maires et les élus sont concernés par le dispositif qui comprend en outre l’ensemble des associations activant dans le domaine de la solidarité et de l’humanitaire, y compris les bureaux locaux du Croissant Rouge Algérien et des Scouts Musulmans.

Concrètement, chaque quartier, village ou regroupement d’habitations désignera son représentant.

Les représentants, organisés en comités, auront pour mission essentielle de recenser les familles démunies et celles ayant besoin d’accompagnement en cette période de confinement, d’assister les pouvoirs publics dans la distribution des aides et dans toutes les opérations engagées au profit de ces derniers et, enfin, d’informer les autorités locales des préoccupations et besoins des populations concernées.

Par ailleurs, les walis sont également appelés à encadrer toute la ressource humaine locale, utile en pareille circonstance, à travers le bénévolat, à l’exemple des secouristes volontaires, des médecins et paramédicaux retraités.

Cette organisation sera mise en au plus tard le 31 mars 2020.

Les commentaires sont fermés.