La distanciation sociale n’est pas respectée à Ouled Ben Abdelkader où les gens continuent à sortir et à former des groupes pour discuter des nouvelles recueillies çà et là à propos, bien sûr, du coronavirus. Ainsi, ni les décisions draconiennes prônées par les services de sécurité ni d’ailleurs les appels répétés au sens civique n’ont pu dissuader les gens à se confiner pour se protéger et protéger les leurs. Une catégorie de gens s’est singularisée ces derniers temps par une mauvaise attitude : un gobelet de café à la main et une cigarette dans l’autre, ils se rencontrent dans leurs quartiers pour discuter de tout et de rien. Leurs arguments ? Ils disent ne pas pouvoir se passer de leur café-presse quotidien et sont contre la fermeture des cafés, lieux qui leur permettent une certaine convivialité. La santé des autres ? Ils ne s’en soucient guère et ne s’inquiètent nullement de la leur d’ailleurs.

Ces individus qui incarnent l’incivisme arrivent à se procurer leur café-presse auprès de cafetiers dont les établissements sont censés être fermés. Le garçon de café s’arrange pour leur préparer leur tasse en catimini, il leur demande d’attendre dehors, le temps de pénétrer discrètement dans le local et, pendant que la clientèle attend à l’extérieur, il prépare la quantité de tasses commandées. Par la suite, il les appelle un par un pour leur remettre leur café dans des gobelets en plastique, encaisse son argent et quitte le magasin. De bouche à l’oreille, la nouvelle s’est répandue telle une trainée de poudre, et en un temps record, tout le monde est mis au courant que le café d’untel ou tel autre établissement est tout le temps disponible pour servir quiconque le lui demande.

Ces derniers jours, un garçon de café a été pris en flagrant délit en train de distribuer des tasses de cafés à ses clients attitrés. Cependant, un citoyen, apparemment qui n’est pas en bons termes avec le propriétaire du café, a alerté les services de la gendarmerie nationale qui se sont postés aux abords des lieux pour guetter le local. Certainement averti par un client, le garçon est resté enfermé dans son local et ne l’a quitté qu’une fois les gendarmes partis. Ces derniers, après avoir attendu un bon moment, ont décidé de rebrousser chemin non sans avoir pris des photos de gens prenant leur café, gobelet à la main.

Face à de tels agissements qui frisent l’inconscience, il est plus que jamais nécessaire que des mesures sécuritaires soient prises pour faire cesser cette mauvaise plaisanterie.

Abdelkader Ham       

By admin

2 thoughts on “Coronavirus : Les interdictions contournées à Ouled Ben Abdelkader”
  1. Le succès de cette stratégie établie par l’état exige la coopération des citoyens, on ne pourra jamais contrôler la situation si ils ne sont pas conscients de ce risque mortel de contamination

  2. Il faut trouver des solutions plus sévères contre ses gens pour qu’ils respectent le confinement, surtout ceux qui se regroupent dans les rues.

Comments are closed.