Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), toutes les deux secondes, une personne de moins de 70 ans meurt d’une maladie non transmissible (MNT) quelque part dans le monde. Face à cette hécatombe, les chefs d’État ont réitéré ce mercredi, leur engagement au Pacte mondial pour sauver 50 millions de vies d’ici 2030.

Cette promesse a été donnée lors du premier rassemblement annuel d’un groupe de chefs d’État et de gouvernement pour la prévention des MNT, dirigé par le Président du Ghana et le Premier ministre de la Norvège, qui s’est tenu pendant la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Cette initiative fait suite au lancement, au début de l’année, d’un Pacte mondial sur les MNT par le Ghana et la Norvège.

Cependant, note-t-on, si chaque État membre des Nations Unies s’est engagé à réduire d’un tiers les décès prématurés dus aux MNT d’ici à 2030, l’OMS fait savoir que peu de pays sont actuellement en passe d’y parvenir.

Selon la même institution onusienne, les efforts mondiaux urgents sont nécessaires pour se remettre sur la bonne voie afin d’atteindre les cibles des objectifs de développement durable et de réduire les décès prématurés dus aux MNT.

C’est dans ce contexte que le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, a lancé un nouveau rapport appelant les dirigeants mondiaux à prendre des mesures urgentes contre les maladies non transmissibles, responsables de 17 millions de décès prématurés chaque année. Le document rassemble toutes les données de l’OMS relatives aux MNT pour 194 pays.

« Ce rapport nous rappelle l’ampleur réelle de la menace que représentent les MNT et leurs facteurs de risque », a déclaré le Dr Tedros. « Il existe des interventions rentables et applicables à l’échelle mondiale dans le domaine des maladies non transmissibles que chaque pays, quel que soit son niveau de revenu, peut et doit utiliser et mettre à profit pour sauver des vies et économiser de l’argent ».

Pour accélérer l’action, le Dr Tedros a renouvelé la nomination pour deux ans de Michael R. Bloomberg au poste d’ambassadeur mondial de l’OMS pour les maladies et traumatismes non transmissibles. Il s’agit du troisième renouvellement du mandat de l’ancien maire de New York en tant qu’ambassadeur, après avoir été nommé pour la première fois à ce poste en 2016.

Les maladies non transmissibles telles que les maladies cardiaques, le cancer, le diabète et les maladies pulmonaires sont désormais plus meurtrières que les maladies infectieuses dans le monde. Elles sont à l’origine de près des trois quarts des décès dans le monde. Chaque année, 17 millions de personnes de moins de 70 ans meurent de MNT, dont 86% vivent dans des pays en développement.

Selon l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, la pandémie de Covid-19 a encore aggravé le fardeau des MNT en retardant et en perturbant les soins. Au cours des premiers mois de la pandémie, 75% des pays ont signalé une perturbation des services essentiels liés aux MNT en raison des restrictions de fermeture et de la canalisation des ressources.

L. C.

Source : ONU

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.